Deux semaines en Thaïlande du Nord

Il y a plusieurs Thaïlande. Tout d’abord, Bangkok, mégapole hyperactive et monstre urbain où l’on se perd avec plaisir. Puis le Sud, ses îles, ses plages et ses rocs jaillis de la mer, sa cuisine plus épicée, sa mentalité un peu différente et ses influences musulmanes. Enfin, le Nord, Thaïlande profonde, originelle avec ses anciens royaumes fondateurs, son rythme de vie détendu, ses temples, sa terre fertile, ses montagnes et ses forêts… Trois Thaïlande donc, physiquement et culturellement différentes. Partons sur les routes du nord du pays, de Bangkok jusqu’à la frontière du Laos pour un périple baigné dans l’Histoire.

BANGKOK, la capitale moderne

Pendant trois jours, je visite Bangkok et ses lieux incontournables. L’article est disponible ici -> A la découverte de Bangkok

AYUTTAYA

Mon périple se poursuit à 80 km au nord. Fondée en 1350, la petite ville d’Ayuttaya a été la capitale du royaume de Siam jusqu’en 1757. Pas moins de 33 rois y ont régné. Idéalement située en haut du golf du Siam, à égale distance de l’Inde et de la Chine et suffisamment en amont pour résister aux puissances arabes et européennes, la ville assoie et étend sa puissance en occupant le vide laissé à l’époque par la chute d’Angkor, au Cambodge. L’ère Ayutthaya voit l’apogée du royaume de Siam : au XVIIe siècle, il englobe les territoires actuels du Laos, du Cambodge et de la Birmanie. Elle devient un véritable centre économique  et commercial à l’échelle régionale et mondiale, et une passerelle entre l’Orient et l’Occident.

Détruite et pillée par les Birmans en 1767, elle ne fut jamais reconstruite. Au lieu de cela, une ville nouvelle est construite à 12 km plus à l’Est. Ses ruines forment désormais un magnifique site archéologique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour visiter le parc historique situé sur l’île, enserrée entre les bras du fleuve Chao Phraya et des rivières Pa Sak et Lopburi, je choisi de louer un vélo plutôt que les services d’un tuktuk. Après avoir traversé la rivière sur une embarcation aussi bruyante qu’instable et équipée de la carte de la zone, je me prépare pour la petite dizaine de kilomètres à parcourir au travers de cet immense complexe de temples, sous un soleil de plomb!

img_4384

Parmi les sites archéologiques majeurs, je découvre le Wat Mahathat, dont les ruines sont joliment envahies par la végétation. Non loin de l’entrée, tous les visiteurs se pressent pour photographier l’étonnante tête de bouddha installée dans les racines d’un figuier.

img_4397
Wat Mahathat

Juste à côté, le  Phra Mongkhon Bophit, d’époque récente, abrite un monumental bouddha de bronze du 15e siècle.

img_4490

Au Phra Buddha Sai Yat, on peut admirer un gigantesque Bouddha couché de 42 m de long.

img_4544

SUKHOTHAÏ

Cette fois-ci, c’est après un voyage de 6h en bus que j’atteins ma prochaine étape à 500 km au nord d’Ayuttaya, en ayant traversé le cœur des plaines centrales. Au fil du trajet le paysage change, la jungle se fait plus dense, nous traversons des montagnes, des petits villages où l’on peut apercevoir des morceaux de vie. Un paysan dans son champ, des enfants qui pataugent dans la rivière, une mamie faisant la cuisine à l’arrière de sa maison…

Sukhothaï abrite le site archéologique le plus important de Thaïlande, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Important par sa superficie, bien sûr, mais aussi par sa dimension historique. C’est à Sukhothai, sous le règne de Râma Khamheng (1275-1371), que l’alphabet thaï est créé et le bouddhisme theravâda instauré comme religion nationale.

La ville fut autrefois la première capitale du Royaume du Siam. Elle est fondée en 1238 et pendant un siècle et demi, huit souverains règnent sur ce nouvel État, qui voit éclore un art et une architecture raffinés. L’immense ville est aujourd’hui ruinée. Le palais en bois de ses rois a disparu. Les vestiges des temples encore visibles, plus de 80, sont construits en briques rouges. La plupart des édifices qui ont été découverts se trouvent à l’intérieur d’un rempart renforcés de douves, mais de nombreux autres bâtiments, disséminés dans les rizières environnantes, attendent d’être dégagés de l’enveloppe de terre qui les recouvre encore.

Sukhothai invite à la rêverie sur les splendeurs d’une civilisation disparue. Pour la visite de la zone, je loue à nouveau une bicyclette. Ce jour là, sous un soleil de plomb, il fait très trèèès chaud et je passe quelques endroits qui grimpent pas mal. Vers midi, alors que je me reposais à l’ombre de quelques branches salvatrices, un marchand ambulant m’apporte spontanément un sac plastique rempli de glaçons pour que je me rafraîchisse un peu. Quelle gentillesse!

img_4712

img_4774

CHIANG MAI

Capitale du royaume de Lan Na, annexée par le Siam en 1892, Chiang Maï, désormais 3e ville de Thaïlande, regorge de trésors. Dans ses rues, on découvre quelques maisons traditionnelles en bois, mais surtout un nombre impressionnant de temples (il y en aurait 350 !) et de moines bouddhistes. Développée de manière plutôt anarchique, Chiang Mai a conservé toutefois son charme provincial.  Avec ses petites ruelles, ses bars, ses restos, ses salons de massage et ses guesthouses, la vieille ville, blottie dans son carré fortifié, est le lieu de convergence des touristes.

L’architecture Lan Na, influencée par la Birmanie, se caractérise notamment par des temples aux toits à étages, des porches soutenus par des représentations de serpents (les nâgas, lien entre le ciel et les enfers) et des chêdis orthogonaux à la partie supérieure recouverte de cuivre.

Le Wat Phra Singh est l’un des temples les plus intéressants de Chiang Mai. L’un des bouddhas daterait du VIIIe siècle ! Le temple principal arbore une belle façade classique, mais c’est celui du fond qui présente le plus d’intérêt.

img_4853

img_4889

img_5110

A 15 km en dehors de la ville, la montagne de Doi Suthep domine Chiang Mai, du haut de ses 1 676 m. Fondé en 1383, le temple Wat Phra That Doi Suthep est installé à proximité du sommet. On y accède après avoir gravi quelque 300 marches. Avec ses fines statues, ses pagodes ouvragées et son chedî doré gardant une relique du Bouddha, c’est l’un des plus sacrés du Nord.

img_5057

img_5012

Les alentours de Chiang Maï regorgent de chutes d’eau où on peut se baigner. Elles sont très prisées de la population locale, ce qui est très agréable. Les locaux achètent leur pique-nique sur place dans le bouiboui du coin et partent avec leur panier passer un moment en famille.  Il ne faut pas hésiter à suivre le chemin et monter tout en haut, plus on monte moins il y a de monde. A la dernière et dixième chute d’eau c’est un véritable jardin d’éden, des enfants s’amusent dans l’eau fraiche.

Chiang Maï, je t’aime moi non plus. Tu mélanges, tradition et modernisme, agitation et tranquillité, il est peut être là tout ton charme mais je n’ai pas vraiment réussi à te cerner…Peut être aurais-je eu un tout autre avis en y restant quelques jours de plus.

CHIANG RAÏ

Pour finir ce tour de Thaïlande, je me rends toujours plus au Nord. Sur la route menant à Chiang Raï, un arrêt à 13 km de là, au Wat Rong Khun, apellé également Temple Blanc, est incontournable. D’une blancheur immaculée, symbolisant la pureté du bouddhisme, il est en construction depuis 1997. On le doit à un artiste thaï contemporain natif de Chiang Rai.

Anticonformiste de par sa blancheur, le temple, auquel on accède par un pont, est également incrusté de fragments de miroirs. Par temps dégagé, les lunettes de soleil sont nécéessaires pour le regarder! À l’intérieur, des fresques murales mêlent symboles bouddhistes, animaux et références à la pop culture (Spiderman, Batman, Matrix…). Welcome to Buddhaland !

Les sculptures autour du temple semblent sorties d’un film fantastique. Au pied du pont qui mène au bâtiment principal, des centaines de mains sortent du sol, semblant s’échapper de l’enfer.

img_5169

img_5207

img_5218

Ainsi se termine mon périple thaïlandais. Je prends ensuite la route direction Chiang Khong. Ici, pas grand chose, c’est en revanche un des points de passage entre la Thaïlande et le Laos. L’aventure continue !

Par ici pour plus de photos de Thaïlande :

–> La Thaïlande en photos


La Thaïlande du Nord est une superbe région préservée, entre nature et sites historiques d’importance. Autre que les visites de temples, des treks dans les montagnes, baignades dans les chutes d’eau ou encore rencontres avec les éléphants sont autant activités pour découvrir une autre facette de cette partie du pays. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s