#1 Route mythique : la Nullarbor Plain

La fameuse plaine de Nullarbor, longue de 1300 km, relie les États de l’Australie Occidentale et de l’Australie du Sud. Si ce n’est pas une destination en soi, c’est un passage obligé vers l’ouest qui permet de prendre vraiment conscience de la grandeur de l’île-continent.

« Null arbor » signifie sans arbre. La plaine n’est toutefois pas entièrement désertique, on rencontre sur la plupart du chemin des petits buissons et du maquis. Ainsi, de la route, on a vue sur des kilomètres et des kilomètres de plaine, avec, la plupart du temps, strictement rien à l’horizon. Pas de virage, peu de courbes, tout est infiniment plat. On y trouve d’ailleurs la ligne droite la plus longue d’Australie : 145 km. Je peux dire que c’est ennuyeux, mais ça avait aussi quelque chose d’excitant, d’inhabituel !

Sur cette route, très peu de véhicules légers, mais beaucoup de camions, que l’on appelle communément des « road train » en Australie. Ces derniers traversent le pays et sont en général chargés de deux ou trois remorques au minimum. Résultat, ils peuvent faire plus de 36 m de long ! D’où leur nom… Ils roulent souvent vite et au milieu de la route. Vu leur longueur, quoi qu’il arrive, ils ne freineront pas. Moi, j’ai le temps, il vaut mieux se ranger et les laisser passer pour profiter du voyage!

Pendant ce temps, je prie pour que rien ne m’arrive au beau milieu du désert ! Je n’ose imaginer crever une roue et rester bloquée là! (Oui, je sais, ça se change une roue.. enfin un 4×4 australien, ça n’est pas ma voiture en France!) Ici, il y a tellement peu de gens que les conducteurs ont pris l’habitude de se saluer sur la route. L’Australian way of life, en somme.

En chemin, les nombreux panneaux routiers assez marrants indiquent le prochain service dans 200 km, le prochain magasin dans 1000 km, ou encore les animaux égarés qu’on peut apercevoir sur les côtés, voire sur l’asphalte : des kangourous, des wombats, des vaches mais aussi des chameaux ! Les road train doivent à peine trembler en les heurtant, mais pour les touristes, mieux vaut faire attention, en particulier quand le soleil se couche !

On ne pourrait pas traverser la plaine sans faire quelques pauses et refaire le plein, c’est pourquoi un certain nombre de villes/stations-services figurent tout le long du trajet, souvent espacées de 200 km. Ceci dit, j’aurai parfois préféré passer cette étape vu le prix du pétrole, qui coûtait jusqu’à 2$ par litre au beau milieu, le double en somme. Les principales étapes consistent donc en une station-service, couplée d’un petit magasin, un café et en général, un motel ou un camping. Un poil triste et poussiéreux, ce n’est pas la destination idéale des vacances en tout cas ! Mais bizarrement, moi j’ai adoré cette ambiance. Et quel bonheur quand après deux jours de route sous la chaleur estivale (environ 36-40 degrés), de prendre une douche… 2$ que j’ai eu, cette fois, plaisir à dépenser !!

À peu près à mi-chemin, se trouve un Border Village, la « frontière » entre le South Australia et le Western Australia. Même si on pourrait penser que ce n’est qu’un passage entre deux États, il s’agit bien d’une vraie frontière. Car, en Australie, pour lutter contre une éventuelle contamination, il est souvent interdit de faire passer des fruits, des légumes, des plantes, de la viande et du poisson d’un État à l’autre. Tolérance zéro, tout produit interdit est confisqué et jeté. Un agent a donc minutieusement vérifié mon coffre et mon frigo. Il faut bien comprendre que cette plaine est un endroit à part. Un autre exemple. Comme dans d’autres coins reculés d’Australie, si vous avez un pépin de santé c’est le « flying doctor » qui vient à votre rescousse. Ce médecin un peu particulier visite ses patients en avion. C’est vrai, pour l’aider à l’atterrissage des bandes blanches sont même peintes sur les routes. Le service coûtant cher, plusieurs boîtes à donation sont disposées le long de la route afin qu’il puisse continuer de voler.

Si les trois-quarts du temps la route traverse le désert, elle longe en partie la mer, et plus exactement la Great Australian Bight. De quoi changer de décor quelques temps. Ça a été ma principale attraction pendant 3 jours : les points de vue sur l’océan du haut des falaises, ainsi que, l’hiver (de juillet à septembre), l’observation des baleines australes. Et quel spectacle !! Quelle liberté d’arrêter la voiture à deux mètres de ces dangereuses falaises hautes de 80m, sans aucune barrière, qui plongent à pic, de sortir une chaise et pendant plusieurs heures, ne faire que regarder l’océan en me répétant « Pincez-moi, je suis à l’autre bout du monde, dans un décors à couper le souffle, ça n’est pas réel! ». Quel bonheur de m’être endormie au son des vagues se fracassant sur les rochers et d’être réveillée au levé du soleil sur l’océan, moi bien au chaud sous la couette.

Même s’il n’y a rien à faire, je me souviendrais longtemps de cette traversée du désert. À la fin du voyage, j’ai même demandé mon « diplôme » attestant « I survived the Nullarbor Plain » : j’ai survécu à la Plaine de Nullarbor. En racontant mon récit à des Australiens par la suite, j’ai pris conscience de ce que j’ai vécu quand j’ai vu leur réaction. Ça les a  vraiment impressionné, notamment que je sois seule. En Australie, c’est une route aussi mythique que la Route 66 des Etats-Unis!

 


 

C’est sûr que ce genre de décor et de distance n’existent pas en France, et ici, c’est finalement très fréquent de rouler le temps d’un plein d’essence sans avoir vu ni site touristique, ni ville, ni rien. Du coup, c’est une expérience assez amusante, qui permet de réfléchir un peu à sa propre dimension dans l’espace, à l’immensité autour. Et puis, sur 1 300 km de néant, il n’y a que ça à faire, réfléchir, tout en admirant le paysage changer lentement… 3 jours de pur bonheur !!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s